Lettre à des camarades de la CNT

Il aura été difficile pour des révolutionnaires ‘purs et durs’ de trouver quelque chose d’intéressant à ce mouvement des ‘gilets jaunes’. Du haut de leur ‘science’ révolutionnaire ils ont jaugé trop à droite, trop populiste, trop raciste, etc ce mouvement qui échappait aux normes préétablies de la contestation politique. Au bout de quelques semaines de cette mobilisation, on commence à penser qu’il pourrait y avoir quelques aspects positifs parce que celui-ci a amené à « se mobiliser toute une partie de la population jusque-là absente des mouvements sociaux ». Dixit la CNT 34 (Hérault). Enfin ! pourrait-on se dire, on cesse de regarder le doigt qui montre la lune… Et ce syndicat va comprendre que le peuple est là et qu’en tant que révolutionnaire on ne peut pas être ailleurs.

Eh bien non ! la CNT est loin d’en avoir fini avec le nombrilisme gauchiste. Au lieu de voir cette mobilisation pour aller au contact des couches populaires révoltées, l’appel de la CNT, au moment de la quatrième semaine de conflit, daté de décembre 2018, mentionne une manifestation pour le climat, les manifestations lycéennes et, bien sûr, les sempiternelles manifs de soutien aux migrants. La semaine dernière, c’était la manif avec les pseudo féministes de ‘Osez le féminisme’ à laquelle ils appelaient sans évoquer même le mouvement des gilets jaunes qui, à leurs yeux, ne devait revêtir aucune importance.

Peut-on parler d’aveuglement quand on voit ce syndicat se réclamant de l’anarchisme considérer avec hauteur la populace et lui préférer, telle une vulgaire Hilary Clinton, la sphère bien plus gratifiante des gens éclairés qui fréquentent les manifestations de la pseudo élite intellectuelle (1). Cette caste qui fait l’analyse ‘politique correcte’ du monde actuel. Écologie parfois mais pseudo féminisme et pseudo antiracisme tout le temps.

Après avoir cassé du sucre sur le dos des ‘gilets jaunes’ qu’ils ne pouvaient penser que comme des beaufs (à la façon de B.H. Lévy (2) et autres radoteurs comme l’anarchiste Corcuff (2bis)), ils en viennent à y voir quelque attrait suite aux affrontements récents et violents avec le pouvoir et aux revendications qui prennent un tour plus acceptable …pour la ‘gauche’. Eh oui, le peuple est là et vous, vous regardez de loin avec un air dédaigneux, tentés d’y voir le résultat d’une idéologie populiste voire raciste. Oui raciste. Puisqu’on n’y parle ni de migrants ni des ‘racisés’. Détail révélateur de l’idéologie de ‘gauche’ à l’œuvre : le journal gauchiste Médiapart, relatant la manif du 1° décembre, mettait en avant une banderole portée par deux personnes mentionnant : ‘les tapettes sont dans la rue’, prouvant ainsi à ceux qui pensaient autrement que, finalement, si on y rencontre même les ‘tapettes’ en son sein, alors ce mouvement des ‘gilets jaunes’ n’est pas si beauf que ça, il devient fréquentable !

Revenons à la CNT qui n’en est pas encore tout à fait au stade de Médiapart. Que propose-t-elle après ce constat finalement optimiste ? Aller aux manifs des gilets jaunes ? Non, rassurez-vous car il y a bien mieux : ‘La marche pour le climat’ du samedi 8 décembre à 14h30. Au moins là, on n’aura pas des relents de populace, on restera entre nous, avec tous les canons de ceux qui pensent… comme il faut. Tout le monde sera d’accord et c’est bien là l’essentiel à préserver, n’est-ce pas ? La semaine dernière, c’était l’invitation à participer à la manif de ‘Osez le féminisme’ et pas un mot sur le mouvement des ‘gilets jaunes’. Le moins qu’on puisse dire, c’est que les événements se bousculent mais le réflexe gauchiste de rester dans sa tour d’ivoire à l’abri de tout ce qui souille sa propre pureté doctrinale demeure. Et dans quelques jours, ce sera la journée internationale des migrants… à laquelle bien sûr ils appellent déjà avec insistance.

On peut se demander si les manifs squelettiques auxquelles ils participent finiront un jour par les questionner. Mais force est de constater que le moment n’est pas encore venu. On continue à manifester comme d’habitude, à agiter les drapeaux et les slogans habituels. Comme dans cette manif CGTiste de Toulouse rejointe par les gilets jaunes voulant fraterniser. Les gens de la CGT continuaient bêtement à scander les slogans syndicaux alors que les autres étaient devant eux et voulaient simplement montrer leur solidarité, leur taper sur l’épaule. L’accord n’a pas eu lieu car les syndicalistes sont sur une autre planète : ils ont leur stratégie, leur agenda, comme ils disent et n’en démordront pas.

Évitons les malentendus. ( On sait que, dans le milieu gauchiste, la moindre déviance est très vite considérée comme une opposition ‘réactionnaire’, souvent même ‘fasciste’. Et on vilipende le stalinisme ! Comme disait Pasolini « le fascisme des antifascistes ».) Le sexisme donc est une bien mauvaise chose qu’il faut dénoncer. Et le racisme aussi. Il n’empêche que ‘Osez le féminisme’ avec ses tics victimaires ne fait qu’enfermer les femmes (…et les hommes) dans une spirale identitaire qui est à l’opposé de l’émancipation. (3) Pour les migrants que nous ne voulons aucunement voir sombrer dans les eaux froides de la Méditerranée, et qu’il est digne de soutenir, la problématique des soi disant soutiens de ‘Migrants Bienvenue’ – …la corde soutient bien le pendu. – est encore plus aberrante. La CNT comme les autres officines gauchistes associées ( qui y voient un moyen d’attirer du monde et de faire consensus.) s’intéressent fort à ceux qui émigrent mais refusent de voir les pays qu’ils quittent se déliter, vidés de leurs médecins, leurs professeurs, leurs techniciens, etc. (4) Ceux qui n’ont pas le regard focalisé sur l’arrivée jugée ‘inéluctable’ des migrants ne peuvent être que des beaufs racistes poussés par la haine de l’Autre. Racisme sournois bien sûr car le racisme est censé toujours avancer masqué, pensent les gauchistes. Alors, on préfère aller manifester avec Bouteldja dont chacun sait qu’elle au moins, n’est pas raciste. (5) Bien sûr. C’est juste qu’elle n’aime pas les Blancs ni les Juifs …sauf s’ils se rangent à ses idées ‘indigènes’. Et derrière les ‘racisés’, bien sûr. Elle n’aime pas non plus les ‘tarlouzes’. Etc. Etc.

Enfin, le PIR est une bien meilleure fréquentation que les gilets jaunes, pensent-ils. Ces derniers ont de gros godillots, ils parlent avec l’accent du terroir, et ils regardent « facebook qui leur dit tout », « avec lequel on sait tout ». Ils font parfois des vannes racistes et quand les hommes voient une femme à leur goût, ils peuvent même s’extasier, c’est dire à quel point ils sont aliénés par leur condition de mâle blanc dominant. C’en est trop pour l’odorat délicat de nos élites révolutionnaires pour qui « il est gênant d’être à coté de ses gens-là ». Nos élites ne peuvent pas supporter les gens tels qu’ils sont. Avec leur mauvais goût, leur manque de finesse et leur racisme qui ne les a pas encore fait tous passer le cap de voter Le Pen mais ça pourrait venir tant ils se voient délaissés par le ‘camp du bien’. Les révolutionnaires savent quelle est la voie juste et savent que la révolution viendra quand leurs idées seront dans toutes les têtes. Le miracle, c’est pour quand ? Il suffirait donc que ces bougres de ‘gilets jaunes’ soient comme eux et le peuple serait enfin sauvé de ses errements. Comment ceux-ci ne comprennent-ils pas des choses aussi simples ?

Soyons encore plus précis : Le peuple n’est pas animé de bons sentiments. Il défend ses intérêts. On pourrait rajouter ‘intérêts immédiats’, ce serait juste mais pas totalement. Les intérêts qu’ils défendent sont certainement moins immédiats qu’on le dit car, avec la lutte qui avance, certaines opacités s’éclaircissent. Et ce ne sont pas les syndicalistes de la CNT qui auront joué un grand rôle dans cet éclaircissement. L’intérêt du peuple est chose dont la CNT et autres pseudo anarchistes a bien quelque idée : Vous voulez des augmentations de salaires ? Vivre plus décemment ? C’est bien normal. Alors laissez les gilets jaunes et …venez à la manif de soutien aux migrants la semaine prochaine.

Il n’est pas étonnant à ce titre qu’une des rares manifs où l’on a vu un nombre non négligeable de ‘gilets jaunes’ soit la manif ‘pour le climat’. On aurait pu penser que cet aspect des choses passait complètement au dessus de la tête de cette engeance populaire mais, en fait, remplir son réservoir n’a, pour la plupart d’entre eux, rien d’une vocation. Alors qu’on sait que les gauchistes, même quand ils remplissent leur réservoir, sont politiquement corrects. Les ‘gilets jaunes’ ne le font que par nécessité et ne pensent pas, le plus souvent, que détruire précocement de vieilles voitures pour les remplacer par des neuves – même électriques – soit vraiment économique et contribue à la préservation du climat. Quand ils se posent la question bien entendu. Ni que le fait de payer le gaz oil (…et l’essence) plus cher leur fera moins utiliser la voiture car ils l’utilisent essentiellement par nécessité.

Chers camarades de la CNT et d’autres chapelles gauchistes que nous fréquentons depuis des décennies, il nous semble préférable que vous descendiez de votre sphère (in)confortable et de prendre place parmi cette populace qui ne pense et n’agit pas toujours aussi bien que l’on aimerait mais qui aujourd’hui montre une voie pour remettre en cause le monde tel qu’il est. Voie à laquelle chacun peut apporter sa lanterne. Il y a là le peuple réel. On le déplore parfois mais l’appel de Commercy (6) montre à quel point les gens peuvent être – parfois ! – lucides. Encore faut-il les entendre, leur parler, discuter.

(1) On se souvient du mépris avec laquelle celle-ci a traité les couches populaires qui avaient voté Trump en disant d’elles qu’elles étaient ‘déplorables’. La ‘gauche caviar’ serait-elle un modèle pour la CNT ? Comme elle, en tous cas, il n’y a pas la moindre mise en cause de son propre fonctionnement. Alors que celui-ci pourrait avoir conduit, dans le cas de Clinton au vote Trump. Dans le cas de la CNT à la désaffection des mouvements révolutionnaires car la populace voit bien qu’ils ne s’adressent pas à eux.

(2) toujours égal à lui-même le libéral BHL nous sort avec son aplomb habituel : « Poujadisme des #GiletsJaunes. Échec d’un mouvement qu’on nous annonçait massif. Irresponsabilité des chaînes d’info qui attisent et dramatisent. Soutien à #Macron, à son combat contre les populismes et à la fiscalité écolo. »

(2bis note ajoutée le 18 / 12 / 2 018) Corcuff parle de « déliquescence de la gauche radicale » à propos de ceux qui accorderaient du crédit aux gilets jaunes. Selon lui, « la critique du « système », de « la mondialisation », de « l’Europe » », de « la finance », des « médias » est reliée, de plus en plus souvent, à une défense de « l’identité nationale », menacée par « les migrants », « les musulmans », « les juifs » [sic], « le multiculturalisme » ou « le communautarisme » ; les « lobbys antiracistes », « féministes » ou « gay » sont dénoncés ; et le libéralisme politique est amalgamé au libéralisme économique ». La pureté de la doctrine étant atteinte par des gens qui voient des problèmes où lui pense qu’il n’y en a pas, il convient d’accorder rien de plus qu’ « un respect critique, qui ne serait ni apologie ni caricature. » Ni ‘caricature‘, vraiment ? En d’autres termes, il ne faut pas s’impliquer ni se mouiller avec … »ces gens-là », comme disait Brel. La CNT ne l’entendrait-elle pas, elle aussi, de cette façon, finalement ?

(3) pour de plus amples considérations sur le féminisme à la Caroline De Haas on pourra lire http://faut-le-dire.fr/index.php/2018/06/10/un-certain-feminisme/

(4) Il y a plus de médecins béninois en île de France qu’au Bénin. À croire qu’au Bénin on n’a pas besoin de médecins…

(5) La « marche de la dignité » en gros sur les banderoles et « contre le racisme » en tout petit, à laquelle ont participé aussi les ‘libertaires’ de la CNT et d’ Alternative Libertaire. La marche était évidemment organisé par les comparses de Bouteldja, la parti des indigènes de la république. À propos de celle-ci, on peut lire http://faut-le-dire.fr/index.php/2016/12/16/houria-bouteldja-et-le-pir/

(6) voir https://manif-est.info/L-appel-des-gilets-jaunes-de-Commercy-853.html