***

« Ce qu’il y a de plus difficile à apprécier et à comprendre, c’est ce qui se passe sous nos yeux. »  Tocqueville

***

Le progressisme

…la PMA pour toutes.

En quelques années et après la loi l’autorisant, le mariage pour les homosexuels s’est imposé, a recueilli l’assentiment de beaucoup de gens. Et maintenant la voie est ouverte à la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour toutes et, pour plus tard, la Grossesse Pour Autrui (GPA) au bénéfice de tous.

On se fait croire que, sous couvert d’égalité entre couples hétérosexuels – qui ont légalement droit à la PMA en cas d’infertilité – et couples homosexuels qui sont par nature infertiles, il faudrait légaliser cette dernière pour toutes les femmes. Et on oublie, avec une grande désinvolture, que ce ne sont évidemment pas les couples homosexuels qui deviennent par miracle fertiles mais la biotechnologie qui fabrique des enfants qui ne sont pas ceux des parents officiellement reconnus comme tels, c’est à dire les femmes qui les ont voulus – mais d’autres dont les spermatozoïdes auront servi à cette opération. En quelque sorte, en un tour de passe-passe digne d’un bon prestidigitateur on fait passer les enfants d’un homme et d’une femme pour les enfants de deux femmes. Et ce, pour légitimer le désir d’enfant de deux femmes homosexuelles. Car le désir d’un individu doit passer avant toute autre considération dans le monde qui est devenu le nôtre. Comme le dit Marie-Jo Bonnet (Les gouines rouges, FHAR) : « La société est devenue un agrégat de consommateurs dont certains ont assez d’argent pour se payer l’impossible : avoir un enfant sans l’autre sexe. »

Par quel miracle le délire s’installe dans tant de têtes. Qui plus est, d’une façon irrémédiable. Car tout ceci est posé comme obligatoire puisqu’il s’agit du sens même de l’Histoire, nous dit-on. Et la « roue crantée du progrès » ne permet plus de retour en arrière. On peut certes revenir sur les ‘trente cinq heures’, l’âge et les modalités de la retraite mais pas sur le « mariage pour tous » ni sur la « procréation médicale assistée pour toutes » ! il y va du sens de l’histoire, attention ! Celle-ci ne saurait opérer de retour en arrière. On nous le dit si souvent, cette idée est si ancrée dans les têtes malléables dans nos temps cramoisis qu’on voit mal comment s’exprimer encore pour susciter un peu de réflexion à la foule progressiste ‘en marche’ !

« Je ne viens pas de ta côte, tu viens de mon utérus » Chatte

On constate avec ce qui a été dit plus haut que prend forme une idéologie qui pénètre …la réalité. Au sens où le rêve pourrait se transformer en réalité et la citrouille en carrosse. Ses thuriféraires ne supportent pas que la réalité contredise l’idéologie. Quand on lit de la plume de Béatriz (Paul) Preciado (1), que « en terme biologique, affirmer que l’agencement sexuel d’un homme et d’une femme est nécessaire pour déclencher un processus de reproduction sexuelle est aussi peu scientifique que l’étaient autrefois des affirmations selon lesquelles la reproduction ne pouvait avoir lieu qu’entre deux sujets partageant la même religion, la même couleur de peau ou le même statut social » on ne peut que tomber de sa chaise. Les billevesées les plus extravagantes passent aujourd’hui, et dans des milieux de plus en plus vastes, pour des originalités brillantes pourvu qu’elles aillent dans le sens proclamé de l’Histoire par certains. « Il est des idées d’une telle absurdité que seuls des intellectuels peuvent y croire. » écrivait Orwell. Tant il est vrai que ce sont les intellectuels qui ont été les premiers touchés par la grâce de ces très fumeuses théories. N’y aura-t-il aucun petit enfant qui, entendant ces flots d’absurdités, dira : « …le roi est nu ! », confondant ainsi la foule des idolâtres. Mais « de tous les conformismes, le conformisme du non-conformisme est le plus hypocrite et le plus répandu aujourd’hui » disait Vladimir Jankélévitch en 1987. On peut dire qu’aujourd’hui en matière de non conformisme on crève le plafond et le peuple est nombreux à bêler en troupeau pour donner son accord rebelle, passionné et surtout …bien pensant ! « C’est tellement plus ‘fun’, n’est-ce pas ? » disent-ils (illes, faudrait-il écrire pour être dans le vent) tous en cœur.

Pourquoi donc serions-nous avec la PMA pour toutes les femmes (2) dans le fameux sens de l’Histoire ? C’est une question qu’on peut se poser puisque c’est la réponse et le sentiment les plus fréquents que l’on a chez ceux acquiescent à cette plongée dans l’inconnu.

La direction avait été donnée il y a déjà longtemps avec la pilule anticonceptionnelle qui autorisait une dissociation entre l’acte sexuel et l’enfantement. Bien entendu, rapidement, l’opposition fit rage entre ceux qui criaient au progrès – toujours prétendu inévitable (comme aujourd’hui) – ouvert par la technologie des moyens contraceptifs et ceux qui vociféraient contre l’effondrement de l’ancien mode de vie. Du moins, c’est ce que ces derniers clamaient. Car, comme les plus avisés le faisaient remarquer à l’époque, d’une manière très naturelle, les rapports sexuels n’impliquent pas toujours l’enfantement. S’il faut un rapport pour avoir un enfant, une partie de l’histoire de la répression de la sexualité est contenue dans le fait que les rapports sexuels ne sont pas toujours fertiles. Par nature. Et loin s’en faut. Le plaisir sexuel est indépendant de l’enfantement, il n’y aucun lien entre la fécondité et le plaisir. C’est ainsi chez les humains ; apparemment pas chez les autres animaux pour lesquels un processus pousse le mâle à la copulation au moment seulement où la femelle est féconde (3). La pilule ne fait finalement que se mouler dans cette dissociation en diminuant le taux de rapports féconds ; ça allait finalement dans le sens voulu mais ne contredisait pas radicalement un processus naturel, celui qui amène les hommes et les femmes à rechercher le plaisir sexuel. Sans forcément la fécondation qui pourrait aller avec. En sorte que ceux qui, à l’époque, s’opposaient – ceux qui s’opposent toujours – à la contraception se basent essentiellement sur des postulats de nature religieuse. Les religions monothéistes issues du judaïsme ont particulièrement réprimé la sexualité pour n’en retenir que la procréation à laquelle elle donnait lieu. Le mariage, selon ces conceptions, donne droit à la copulation (4) et la copulation doit se faire jusqu’à aboutir à l’enfantement. Et seulement dans ce but.

Qu’avons-nous avec les néo féministes, les LGBT et les progressistes d’aujourd’hui ? Certainement pas ce prolongement de la nature ! Les constructions sont totalement arbitraires chez eux puisque le but est que les couples de femmes homosexuelles soient amenés à la fertilité. Ce qui n’a évidemment jamais été le cas et ne l’est toujours pas. On admire les distorsions de langage pour ne pas dévoiler le pot aux roses. Non, ce n’est pas l’enfant de ces femmes, …biologiquement mais …d’intention. Ah, l’intention suffit pour enfanter ! On se gausse de mots. Ce n’est pas seulement l’intention, c’est surtout la biotechnologie qui permet ce qui est en train de se faire, à savoir la possibilité d’une grossesse à un couple de femmes homosexuelles ou à une femme seule alors que cet enfant a été conçu – non pas le plus naturellement du monde certes – mais …à partir d’un gamète mâle et d’un gamète femelle. Et non pas de deux femmes ! Pour les femmes seules auxquelles il sera loisible d’avoir un enfant …toute seule, elles vont devoir croire que l’enfant n’a pas de père alors que celui-ci existe bel et bien mais il est enlevé, gommé purement et simplement de la réalité sociale manipulée par ces croyants au Meilleur des Mondes.

Il faut noter ici un aspect important que l’on n’a pas encore évoqué. Certains – parmi lesquels des médecins – donnent leur expérience en des termes comme : les couples d’homosexuelles ne demandent en rien l’eugénisme. Ils ne demandent pas des enfants selon leurs goûts mais seulement des enfants. Ce qui devrait rassurer ceux qui, au contraire, y voient une évolution, une porte ouverte dans ce sens de l’eugénisme. Et c’est sans doute vrai. Mais ce qui pose problème et que ces médecins ‘compatissants’ ne veulent pas voir, c’est que, dans les pays les plus avancés, les plus libéraux, on en est déjà à l’eugénisme puisqu’on peut choisir un enfant comme ci ou comme ça, presque à la carte en fouillant dans l’ADN. La voie est donc tracée si l’on en croit ceux qui sont partisans de la PMA pour toutes sous prétexte que …ça se fait ailleurs ! Et c’est ce refus de voir que la porte est ouverte dans ce sens-là qui constitue de l’aveuglement. Testard confie que : « La PMA est intrinsèquement liée à la sélection et donc à l’eugénisme : dès lors qu’on choisit un donneur, il faudrait vraiment être idiot pour retenir un alcoolique ou un homme ayant des antécédents familiaux chargés. » Et ceci n’est qu’un premier pas car, ajoute-t-il : « Si la PMA est ouverte en dehors des indications médicales, les gens voudront la PMA non plus seulement pour avoir un enfant, ce qu’ils peuvent faire naturellement, mais pour avoir tel enfant : garçon ou fille, comme aux Etats-Unis, ou avec un certain QI comme en Chine. La PMA non thérapeutique signifie donc la sélection des individus et, comme on choisit toujours bien entendu les meilleurs, l’eugénisme. » On en est réduit par la logique qui nous amène toujours plus loin à aller vers l’eugénisme. Beaucoup ne veulent pas voir mais – ce qui est encore moins rassurant – d’autres en sont conscients et n’y voient pas de problème.

Est-ce que, dans le camp des partisans de la PMA pour toutes, tout le monde est dupe ? Soyons sûrs que NON. Évidemment, il y a les abuseurs abusés que sont les militants pour la Cause qui se feraient croire n’importe quoi pourvu que ça corresponde à leurs désirs. Il faut dire que le refus de considérer que les processus naturels existent – qui est le B A BA de la politique du féminisme le plus moderne – est la porte ouverte à tous les délires. Rien à voir avec ces féministes qui, réunies en Congrès Mondial en 1987, refusaient avec insistance, les considérant comme des aliénations majeures, le recours aux techniques de la PMA et de la GPA (5). Comme le dit Matthiew Crawford : « Le progressisme devient alors une guerre contre le concept même de réalité – ce qui n’est pas choisi et qui existe indépendamment de nos désirs et je pense que c’est au cœur de la politique du genre. » Bien sûr, si ‘on ne naît pas femme et [qu’]on le devient’ – phrase de S. De Beauvoir que les féministes à la Judith Butler ont attrapé au vol et usé jusqu’à la corde – alors on peut admettre que le sexe des individus est arbitraire et donc peut être choisi. Ce qui nous amène encore plus loin avec les transgenres qui, eux aussi, se font croire qu’ils ont vraiment changé de sexe. À suivre.

Mais revenons aux abuseurs qui, eux, ont toujours les pieds sur terre : tous nos politiciens libéraux – Macron et les macronistes en tête – savent bien que tout l’intérêt de ces gesticulations mentales (6) réside, entre autres, dans le rapatriement en France des opérations qui se font dans les cliniques belges, espagnoles, etc. Le cynisme est de rigueur ! Tout ceci « coïncide avec la domination de l’idéologie ultralibérale qui pose que la nature et le rythme des sociétés doivent se plier aux lois absurdes autant que nihilistes du changement pour le changement, de l’économie de profit (bouger pour survivre, muter pour bouffer l’autre) » (7). En ce sens, de juteux profits sont prévisibles par la promotion des idéologies néoféministes et transidentitaires. Pourquoi se priver ? Les libéraux n’ont rien à perdre : seuls quelques vagues ‘conservateurs’ voudront lutter contre la loi. Mais l’air du temps n’est pas chez ceux-là. Le progressisme règne en maître et a imposé sa marque. Sauf que sous le progrès sociétal …la régression sociale, humaine. Et on est loin de la question primordiale que se posait Orwell : «  il faudrait se demander : ‘cela me rend-il plus humain ou moins humain ?’ » Aujourd’hui l’humain est superflu si l’on en croit les adulateurs de ce néoféminisme, alors… ! La PMA pour toutes, c’est le progrès proclamé incontournable pour tous – de la droite libérale aux pseudo anarchistes (8) – en passant par tout l’éventail de la gauche abusée (9). Pendant ce temps, les promoteurs se frottent les mains sur les bénéfices et la ‘croissance’ qui se trouve au bout de la mise en place de ces lois sur la PMA – d’où suivront bientôt celles sur la GPA. Et évidemment, en toile de fond, les initiatives transhumanistes qui montrent le bout du nez. Sarko nous a fait déjà le coup du fameux « gisement de croissance » qui résidait dans la défense de l’environnement. Ah, la croissance, les libéraux n’ont même plus à y faire allusion aujourd’hui : la PMA pour toutes – et tout le reste qui suivra – c’est bon pour la croissance. Mais …ni la croissance ni la PMA pour toutes ne sont bonnes pour les humains.

<<>>

Note1 : transsexuelle, femme devenue homme et apologiste de la ‘fluidité de genre’ (gender fluid). Faiseuse d’articles dans le quotidien ‘Libération’ qui ne mérite en rien son nom.Considérée dans Le Monde comme la « Galilée de la sexualité ». Galilée doit se retourner dans sa tombe !

Note 2 : En fait, la loi est faite pour répondre à la demande des lesbiennes et des femmes seules qui la demandent. Certaines d’entre elles allant en Espagne ou en Belgique tenter une PMA autorisée là bas.

Note 3 : Peut-être est-ce bien là une spécificité humaine… ou des primates – car on dit les chimpanzés et surtout les bonobos particulièrement enclins à la copulation. Pour le plaisir.

Note 4 : Mais sans qu’on s’abandonne …à la chair ! Bien entendu.

Note 5 : Voir la revue Inventaire. Ou bien directement en anglais : Réseau féministe international de résistance aux techniques de reproduction et à l’ingénierie génétique, déclaration de Comilla, Bengla Desh, 1989. http://ubinig.org/index.php/campaign/printaerticle/23/english

Note 6 : « La régression infantile, politique et infra éthique, où le bonheur consistera à consommer la réalisation des pensées magiques et des délires narcissiques sous la forme de produits marchands bien emballés. » Fabien Ollier « L’homme artefact »

Note 7 : Fabien Ollier « L’homme artefact »

Note 8 : « Quant aux traqueurs de la ‘domination sous toutes ses formes’, équipés de détecteurs d’homophobie, de racisme, de sexisme, de fascisme et de toutes sortes d’infamies dont ils accablent leurs contradicteurs, ils ignorent la domination la plus massive et la plus universelle de l’époque, celle de la technocratie, sans doute trop puissante pour être captée par leurs radars ‘micro-politiques’ » Pièces et Main d’œuvre, Manifeste des chimpanzés du futur contre le transhumanisme. 

Note 9 : voir l’excellent livre d’Alexis Escudero : « La Reproduction Artificielle de l’Humain ».

***